UNEP UNESCO
home / grand magasin / partager les ressources / réparer et recycler / recyclage électronique

youthXchange go
RESPECTER SON CORPS FABRIQUER SON IMAGE S'OUVRIR AU MONDE HABITER LA PLANETE TRANSMETRE LE SAVOIR FAIRE LA FETE CONSTRUIRE SA SOCIETE RESPECTER LES PRIX CREER POUR DEMAIN
retour au menu

prendre soin de soi
 > boire & manger
 > vêtements & accessoires
 > santé & beauté

se déplacer
 > transport
 > voyager

habitat
 > décoration
 > bricolage & jardinage
 > énergie
 > eau

apprendre et s'amuser
 > art & musique
 > école & bureau
 > électronique
 > sports & loisirs

investir
 > banque & assurance
 > collecte de fonds

partager les ressources
 > aide & solidarité
 > guide du consommateur
 > réparer et recycler

citoyens du monde
 > kiosque à journaux
 > café Internet
 > médias & pub


English site French site Korea site
grand magasin
PARTAGER LES RESSOURCES

PLUS DE DEEE


source :
http://europa.eu/
scadplus/leg/fr/
lvb/l21210.htm


recyclage électronique
imprimer cette page envoyer cette page à un ami


entreprise : diverses
pays : divers
produit : équipements électriques et électroniques de seconde main
distribution: mondiale


pourquoi : un équipement informatique ou électroménager n’est pas aussi inoffensif qu’il peut en avoir l’air. Tubes cathodiques, puces électroniques, métaux lourds (mercure, cadmium, plomb, sélénium, etc.), accumulateurs, transformateurs : il ne s’agit là que d’une partie des éléments problématiques qui composent ces équipements électroniques. Pourquoi problématiques ? Parce qu'ils sont délicats à recycler, nocifs pour la santé et nuisibles à l’environnement. Jusque peu, la solution de facilité consistait à envoyer tous les appareils électroniques usagés dans les pays du tiers-monde, devenus rapidement les décharges des occidentaux. Depuis le 5 mai 1992, la Convention de Bâle fixe des règles visant à contrôler, au niveau international, les mouvements transfrontières et l’élimination des déchets dangereux pour la santé humaine et l’environnement. En cohérence avec cette Convention, le Parlement européen et le Conseil ont adopté deux directives le 27 janvier 2003. L’une instaure des mesures pour prévenir la formation de Déchets des Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) et promouvoir leur réutilisation, leur recyclage et toute autre forme de revalorisation. L’autre limite l’utilisation de substances dangereuses dans les DEEE. L’objectif étant de réduire la quantité de déchets à éliminer et de protéger la santé humaine.

concrètement : dans nos pays, nous générons en moyenne 15 kgs par personne/an d'après l'ADEME (www.ademe.fr). Depuis le petit téléphone portable à la grosse machine à laver, ils contiennent tous ces substances dangereuses et leur déchet doit être traité correctement. Alors lorsque votre mixeur multifonctions vous lâche, ou quand vous changez d'ordinateur pour un plus puissant, ne vous débarrassez pas de votre vieux matériel n’importe comment. Pas question de le déposer sur le trottoir ou de le jeter à la poubelle comme n’importe quelle ordure ménagère ! En Europe, les commerces qui vendent ces appareils doivent désormais reprendre l'ancien, sans frais supplémentaires car la taxe est comprise dans le prix du nouvel appareil. Parmi les retours, certains appareils sont totalement hors service et doivent être démontés et leurs pièces détachées triées par matériau. En effet, les modèles sont si souvent renouvelés et les appareils si rarement réparés, que seules quelques pièces auraient la possibilité d'être réutilisées. Cependant, des appareils jetés sont encore en très bon état, et fonctionnent.

comment : dans ce contexte, de nombreux organismes ou entreprises récupèrent l'ancien matériel et le rénovent. Le produit obtenu est remis sur le marché ou offert à des associations. Au final, la quantité de matière première, la consommation en énergie nécessaire à la fabrication de l’appareil et les déchets produits diminuent. L’opération permet également d’équiper à moindre coût des personnes et des associations dans les pays en développement entre autres. Des sociétés se sont spécialisées dans la reprise de grosses quantités d'ordinateurs, comme le changement du parc informatique d'une entreprise. Si depuis peu, la nouvelle réglementation européenne sur les DEEE permet de rapporter son ancien appareil équivalent lors de l'achat d'un neuf (du réfrigérateur à l'ordinateur) ; d'autres, comme celles ci-dessous, récupèrent et revalorisent à plus petite échelle, et souvent localement.

qui :

  • Envie : créé en 1984, Envie est un opérateur français de valorisation des DEEE privilégiant avant tout le réemploi. Il regroupe 45 entreprises constituées en réseau national qui sont spécialisées dans la récupération et la remise en état d’appareils électroménagers en fin de vie. Les appareils collectés auprès des grands distributeurs français et des collectivités sont entièrement démontés puis réparés et testés dans les ateliers d’Envie par des salariés en insertion. Assortis d’une garantie d’un an, ils sont ensuite revendus à bas prix pour un public à faibles revenus.
    www.envie.org

  • Ateliers Sans Frontières : association française à but non lucratif, Ateliers sans Frontières vise à favoriser l’insertion sociale et professionnelle des jeunes et des adultes en grande difficulté. Pour ce faire, ils récupèrent du matériel informatique auprès des collectivités, des entreprises et des administrations, puis les remettent à neuf. Ces opérations permettent d’équiper les actions de solidarité sur le terrain avec du matériel de qualité pour un coût limité.
    http://ateliersansfrontieres.org

  • CF2m : association belge à but non lucratif, le Centre de Formation 2 mille développe son action dans les secteurs de l’insertion socioprofessionnelle et de l’économie sociale, notamment avec son service de recyclage de matériel informatique. Ce service tourne autour de plusieurs projets, comme Banlieues-Dakar par exemple. L’association récupère du matériel informatique et des logiciels qu’elle envoie au Sénégal pour mettre en place un réseau d’échange avec des initiatives locales soutenues par des ONG, telles que les coopératives d’habitat ou les groupes de socio-alphabétisation. Une autre partie du matériel est offert à des associations sous-équipées, aussi bien dans les quartiers populaires d’Afrique (Lomé, Dakar, Kinshasa, Oujda) qu’à Bruxelles même, pour favoriser des projets pédagogiques, culturels et sociaux.
    www.cf2m.be

  • Fonebak : société implantée dans 8 pays d’Europe dont la France et la Belgique, Fonebak récupère les téléphones portables par l’intermédiaire de prestataires qu’elle rétribue. Les téléphones réutilisables sont réparés, puis vendus à bas prix dans les pays émergents. Ceux qui ne peuvent être reconditionnés sont démontés : les matériaux dangereux sont éliminés de façon adéquate tandis que les métaux et plastiques sont recyclés. La revalorisation des téléphones portables, dans un sens ou l’autre, permet grâce aux bénéfices de l’opération de soutenir :
  • - Enda, ONG internationale du Sud engagée dans la lutte contre la pauvreté
    - La Ligue Contre le Cancer
    - Pour la Vie, association stimulant la récolte de fonds pour accélérer la recherche contre la myopathie de Duchenne.
    www.fonebak.fr

retour en haut de page
[ page d'accueil | contacter UNEP/UNESCO | partenaires | équipe YXC ]