UNEP UNESCO
home / grand magasin / prendre soin de soi / boire & manger / la gamelle indienne

youthXchange go
RESPECTER SON CORPS FABRIQUER SON IMAGE S'OUVRIR AU MONDE HABITER LA PLANETE TRANSMETRE LE SAVOIR FAIRE LA FETE CONSTRUIRE SA SOCIETE RESPECTER LES PRIX CREER POUR DEMAIN
retour au menu

prendre soin de soi
 > boire & manger
 > vêtements & accessoires
 > santé & beauté

se déplacer
 > transport
 > voyager

habitat
 > décoration
 > bricolage & jardinage
 > énergie
 > eau

apprendre et s'amuser
 > art & musique
 > école & bureau
 > électronique
 > sports & loisirs

investir
 > banque & assurance
 > collecte de fonds

partager les ressources
 > aide & solidarité
 > guide du consommateur
 > réparer et recycler

citoyens du monde
 > kiosque à journaux
 > café Internet
 > médias & pub


English site French site Korea site
grand magasin
PRENDRE SOIN DE SOI
la gamelle indienne | fast food sain | pâtes bio | guarana | pâte à tartiner | jus de nature


LIVRAISON DE REPAS MAISON


source :
www.travel-wise.com/
europe/india/mumbai.html

la gamelle indienne
imprimer cette page envoyer cette page à un ami


entreprise : Dabbawallah
pays : Inde
produit : déjeuner
distribution : Bombay

quoi : Dabba se traduit par ‘gamelle’ et wallah par ‘homme’. Les épouses des petits employés, qui quittent leurs banlieues très tôt pour travailler en ville, préparent pour leurs maris des boîtes de déjeuner à trois compartiments. Ce repas est livré directement sur leur lieu de travail par un dabbawallah, qui fait partie d’un des plus vieux services d’approvisionnement de base de la ville (avec près de 100 ans d’activité). Ce système de livraison de repas fait maison a été initié par le Raj Britannique dans le cadre de l’efficacité militaire.

où : Mumbay, Inde. C’est l’unique endroit de l’Inde (ou du monde) où l’on peut trouver des dabbawallahs, et ils en sont très fiers.

comment : chaque jour, une équipe de près de 5 000 dabbawallahs, répartis entre les banlieues et le centre-ville, gèrent plus de 150 000 gamelles.Le repas est composé d’un plat principal, d’un plat d’accompagnement, du riz ou des chappatis, et des conserves vinaigrées. Les dabbawallahs sont analphabètes mais se servent de codes ingénieux, de couleurs et de symboles pour distinguer la trentaine de dabbas qu’ils livrent quotidiennement. Deux heures (entre 12h00 et 14h00) suffisent pour la livraison, puis les boîtes vides sont renvoyées, sans aucune erreur, dans leurs maisons respectives. C’est un miracle d’organisation et d’efficacité.

prix : le dabbawallah prend 200 roupies (4 US$) par client et par mois et gagne environ 2 000 roupies (40 US$) par mois.

supplément d’infos : cette pratique centenaire démontre bien qu’il est possible de conserver des cultures locales, ainsi que des traditions culinaires. La réussite de l’opération est assurée grâce à une haute qualité organisationnelle et un faible composant technologique, à la grande satisfaction de la clientèle. Cela représente une excellente alternative face à la généralisation des fast-foods et des restaurants occidentalisés de la ville, qui menacent les habitudes alimentaires avec pour effet, de niveler la grande diversité de la culture culinaire indienne.

retour en haut de page
[ page d'accueil | contacter UNEP/UNESCO | partenaires | équipe YXC ]